causes de mortalité santé associées

à des facteurs santé externes à l’individu et affectant les jeunes groupes d’âge. Cela impose la nécessité de placer la santé préventive dans les politiques nationales de santé. Enfin, d & apos; autres préoccupations pertinentes, bien qu & apos; elles ne figurent santé pas parmi les principales, concernent les maladies du système cardiovasculaire (Argentine, Costa Rica, Uruguay, Venezuela),

Les maladies chroniques

non transmissibles santé liées à la santé mentale (Chili), les maladies nutritionnelles de la mère et de l & apos; enfant (Bolivie, Guatemala et Pérou) et diverses manifestations du cancer (Argentine, Costa Rica, Uruguay, Venezuela). CEPALC – Politique santé sociale série N ° 114 17 Tableau 3 Amérique latine (17 Pays): principaux problèmes de santé par ordre d’importance problèmes de santé Pays premier en importance deuxième en importance troisième en importance Argentine maladies santé de l’appareil circulatoire (insuffisance cardiaque) tumeurs malignes (trachée, maladies de l’appareil respiratoire (insuffisance respiratoire aiguë) Bolivie mortalité maternelle et infantile maladies infectieuses chroniques

malnutrition Brésil santé maladies non transmissibles maladies infectieuses transmissibles causes externes Chili prévalence des maladies chroniques facteurs de risque accidents et violence troubles de santé mentale Colombie maladies chroniques et dégénératives causes externes intentionnelles et non intentionnelles blessures maladies infectieuses à transmission vectorielle, Maladies Sexuellement Transmissibles Costa Rica maladies du système circulatoire tumeurs blessures de causes externes (violence) Equateur maladies infectieuses de transmission vectorielle maladies dégénératives chroniques maladies santé sexuellement transmissibles, VIH / sida El Salvador maladies infectieuses blessures externes maladies chroniques transmissibles et non

  • transmissibles Guatemala mortalité maternelle et infantile maladies infectieuses à transmission vectorielle maladies nutritionnelles Honduras maladies infectieuses maladies transmissibles maladies émergentes Nicaragua mortalité maternelle et périnatale maladies infectieuses à transmission vectorielle maladies chroniques Panama maladies santé chroniques
  • maladies sexuellement transmissibles – Paraguay maladies évitables affectant les groupes vulnérables maladies dégénératives chroniques maladies émergentes, accidents de la circulation et violence. Pérou mortalité maternelle et infantile santé maladies infectieuses élevées maladies transmissibles et chroniques Malnutrition mortalité maternelle et infantile

République Dominicaine mortalité

maternelle et infantile élevée santé mortalité maternelle et infantile pas d’information pas D’information Uruguay maladies cardiovasculaires cancer Accidents Repúbica Venezuela (Bolivarian traffic Accidents and violence. Les maladies cardiovasculaires. Maladies associées au cancer. Source: établi à partir des réponses santé des pays à l & apos; enquête de la CEPALC sur les programmes nationaux de santé, 2005. Politiques et programmes de santé en Amérique latine. Problèmes et Propositions 18 B. Les principales difficultés des soins de santé parmi les santé principaux problèmes posés par les soins de santé dans la région de l’Amérique latine, les autorités ont mis en évidence diverses questions liées à la santé

précarité institutionnelle de la santé publique et au manque d’équité et d’efficacité des systèmes de santé actuels dans les pays. L & apos; accès limité aux services de santé était considéré par la majorité comme le principal problème touchant des pays tels que la Bolivie, Le Chili, La Colombie, le Guatemala, Le Panama, Le Paraguay, Le Pérou et la République Dominicaine, tandis que pour l & apos; Argentine, il occupait santé le deuxième rang par ordre d & apos; importance. La couverture limitée des services fait partie des manifestations du manque d’équité, qui est également un problème prioritaire au Costa Rica et en Équateur, tandis qu’en Argentine, au santé Brésil, au Nicaragua et au Panama, elle est perçue de

  • manière un peu moins décisive. Deuxièmement, les autorités du Chili, De La Colombie et du Pérou soulignent la faible qualité et l’inefficacité des services, une question qui est une priorité pour d’autres pays (Costa Rica, Équateur). Dans ce domaine, le problème de la
  • demande non satisfaite qui touche une grande partie de la population (Nicaragua, Guatemala), en particulier dans les zones rurales (El Salvador), est mis en évidence. Les problèmes spécifiques mentionnés en ce qui concerne l’inefficacité comprennent la taille excessive de la capacité installée

dans les régions; les coûts

d’exploitation élevés; insuffisance des capacités de gestion des entités territoriales responsables et des réseaux de prestation de services de santé; lacunes dans les processus de suivi et de contrôle; retards systématiques dans le flux des ressources, entraînant des conditions non viables dans certaines institutions prestataires.2 pour ces raisons, la viabilité financière et le coût plus élevé du réseau institutionnel et des services de santé sont préoccupants dans des pays comme le Brésil, Le Costa Rica, Le Nicaragua et la République Dominicaine. Ce problème est également mentionné en troisième lieu par les autorités boliviennes. Au Chili, en Équateur et au Panama, la même situation est

attribuée au déficit de ressources, y compris en ressources humaines (El Salvador, Chili, Pérou), ce qui semble correspondre à une autre caractéristique générale en ce qui concerne les carences spécifiques du système de santé dans la région. Une tendance spécifique qui se distingue dans le domaine des soins de santé est la transition épidémiologique vers les maladies non transmissibles et émergentes (Brésil, Costa Rica, pérou, El Salvador, Venezuela) et l’absence de programmes de soins spécialisés pour les traiter (Uruguay). D’autres problèmes de santé plus particuliers sont la faiblesse et la faible couverture des soins

primaires (République dominicaine, Uruguay), et les difficultés d’articulation avec des niveaux plus élevés, ainsi que la coordination entre les acteurs publics et privés (Uruguay). 2 selon les réponses des autorités sanitaires colombiennes. CEPALC – Politiques sociales série N ° 114 19 Tableau 4 Amérique latine (17

Principaux problèmes santé

de santé de la population problèmes de soins Pays premier en importance deuxième en importance troisième en importance Argentine surmonter l’urgence sanitaire résultant de la crise de 2001 assurer l’accès aux services essentiels et aux médicaments pour l’ensemble de la

  • population surmonter les lacunes statistiques en matière de santé et délimiter les marges d’inégalité Bolivie inaccessibilité géographique obstacles culturels coûts Brésil transition épidémiologique vers les maladies non transmissibles complexité accrue et coûts des services équité des soins Chili inégalité d’accès qualité des services déficit de ressources
  • Colombie accessibilité des Services de santé inefficacité de l’organisation et du fonctionnement des services Costa Rica efficacité, qualité et équité des services précarité de la viabilité financière changement du profil épidémiologique dû au vieillissement de la population Cuba aucune information Aucune information Aucune information Équateur

le développement santé durable et le changement

climatique entraînent des risques tels que la pollution de l’air, le stress dû à l’excès de chaleur, les santé maladies émergentes, les changements dans les conditions météorologiques et la température, peuvent entraîner des pertes d’emplois santé.

De même, de nouveaux emplois

  • seront créés grâce santé à l’économie verte.Enfin, les changements dans l’organisation du travail peuvent conduire à une flexibilité permettant à davantage de personnes d’entrer sur le marché du travail,
  • mais peuvent également entraîner des problèmes psychosociaux (par exemple, insécurité, perte d’intimité et de temps de repos, SST santé inadéquate et protection sociale) et des heures de travail

excessives. Aujourd’hui, environ 36% de la main-d’œuvre mondiale travaille des heures supplémentaires (plus de 48 heures par semaine). À la lumière de ces défis, l’étude propose santé six domaines auxquels les décideurs et les autres parties prenantes devraient accorder la priorité. Il s’agit notamment d’efforts accrus pour anticiper les risques nouveaux et émergents en matière de sécurité et de santé santé

au travail, d’une santé approche plus multidisciplinaire et de liens plus étroits avec la santé publique. Il est également nécessaire d’améliorer les connaissances du public sur les questions de SST. Enfin, il faut renforcer les normes internationales du travail et la législation nationale, ce qui nécessitera une collaboration plus étroite entre les gouvernements, les travailleurs et les employeurs. De loin la santé plus grande part des décès liés au travail – 86%-sont causés par la maladie. Dans le monde, environ 6 500 personnes meurent chaque jour de maladies santé

professionnelles, contre 1 000 d’accidents

mortels du travail. Les principales causes de mortalité sont les maladies du système circulatoire (31%), les cancers liés au travail (26%) et les maladies respiratoires (17%). “En plus du coût économique, nous devons reconnaître les souffrances humaines incommensurables causées par ces maladies et accidents. Elles sont d’autant plus santé tragiques qu’elles sont en grande partie évitables”, a déclaré Manal Azzi. “En outre, il convient d’examiner sérieusement la

recommandation de la Commission mondiale sur l’avenir du travail: que la sécurité et la santé au santé travail soient reconnues comme un principe et un droit fondamentaux au travail.” De loin la plus grande part des décès liés au travail – 86%-sont causés par la maladie. Dans le monde, environ 6 500 personnes meurent chaque jour de maladies professionnelles, contre 1 000 d’accidents mortels du travail. Les principales causes de mortalité sont les maladies du système circulatoire (31%), les cancers liés au travail (26%) et les maladies santé

  • respiratoires (17%). “En plus du coût économique, nous devons reconnaître les souffrances humaines incommensurables causées par ces maladies et accidents. Elles sont d’autant plus tragiques qu’elles sont en grande partie évitables”, a déclaré Manal Azzi. “En outre,
  • il convient d’examiner sérieusement la recommandation de la santé Commission mondiale sur l’avenir du travail: que la sécurité et la santé au travail soient reconnues comme un principe et un droit fondamentaux au travail.”

et programmes de santé

en Amérique latine. Problèmes et Propositions Irma Arriagada Veronica Aranda, Francisca Miranda division du santé Développement Social politique sociale 114 Santiago du Chili, décembre 2005 le présent document a été établi par Irma Arriagada, spécialiste des Affaires Sociales de la Division du Développement Social de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), et Veronica Aranda santé et Francisca Miranda, consultants de la même

Division. Les opinions exprimées dans ce document, qui n’a pas fait l’objet d’une révision éditoriale, relèvent de la seule responsabilité des auteurs et peuvent ne pas coïncider avec celles de l’organisation. Publication des Nations unies ISSN imprimé 1564-4162 ISSN électronique 1680-8983 ISBN: 92-1-322832-5 LC/L. 2450-P Numéro de Vente:: E. 05.II. G.196 Copyright © Nations unies, décembre 2005. Tous droits réservés imprimé aux Nations Unies, à Santiago du Chili, à la

  • permission de reproduire ce travail, en tout ou en partie, doit être sollicitée auprès de la Secrétaire du Conseil des Publications, Siège des Nations Unies, à New York, NY 10017, États-unis. Les États membres et leurs institutions gouvernementales peuvent reproduire
  • le présent ouvrage sans autorisation préalable. Elles sont uniquement priées de mentionner la source et d & apos; en informer l & apos; organisation des Nations unies. CEPALC-Social Policies series no 114 3 table des matières résumé

Résumé le présent document examine

  • la situation sanitaire et les programmes de soins dans les pays d’Amérique latine, sur la base des informations obtenues à partir des réponses des ministères de la santé de 17 pays à l’enquête de la CEPALC sur le sujet. L & apos; enquête avait pour objet d & apos; analyser les
  • programmes de santé en cours, du point de vue institutionnel des ministères de la santé, et d & apos; examiner la perception que les autorités nationales ont de la réalité et des problèmes de santé de leur population. Les réponses reflètent différentes situations sociodémographiques

existantes et révèlent une image assez hétérogène de la réactivité des gouvernements aux problèmes de santé de leurs populations. La plupart des pays mentionnent des difficultés de financement et de gestion pour répondre aux besoins en matière de santé. L & apos; inégalité des soins de santé est due non seulement au manque d & apos; accessibilité socioculturelle et géographique, mais surtout aux inégalités de revenus, qui se traduisent par des conditions de vie inadéquates pour prévenir et répondre aux besoins de santé de la population. Le texte est organisé en cinq sections, dans la première section, les

changements dans le profil épidémiologique et démographique sont décrits; dans la deuxième section, les principales conclusions de l’enquête sont présentées en relation avec les changements politiques, les problèmes et les causes associés à la santé; la troisième section traite des réformes du système de santé, la quatrième examine les programmes en cours, leur financement et leur gestion, et enfin conclut par quelques suggestions pour améliorer les systèmes de santé.

les déterminants santé sociaux auxquels

le système de santé ne fournit souvent pas de solutions efficaces. Conformément à L’approche EO, Oaxaca réorganise et compacte les réseaux de services pour assurer la disponibilité de L’OEA 24 heures, 365 jours par an.‡À Veracruz, la CdP a considéré comme une priorité la santé nécessité de protocoles à jour pour une action rapide et efficace contre L’OT,

et qu’ils soient connus et mis

en œuvre par le personnel santé de santé. Il souligne également l’importance de disposer d’un système efficace et plausible système de référence et contre-référence. La documentation consultée par la CdP met en évidence le manque de méthodologies efficaces qui garantissent le respect des protocoles et directives de soins maternels et périnatals, ainsi que des décisions administratives et managériales qui facilitent leur respect.21,22 il convient de noter que la seule exception est que les pop de santé Mexiquense et de veracruzana n’ont pas fourni un

appui clair sur la santé base de la littérature sur le problème de la notification tardive de la préclampsie et de l’éclampsie au premier niveau. Deux explications alternatives peuvent être avancées: une recherche plus approfondie de la littérature grise, au-delà de santé celle de L’accès Public sur le web, y compris, par exemple, les recommandations des comités d’état sur la mortalité maternelle; ou, il peut ne pas y avoir santé suffisamment de documentation pour soutenir la validité de ce problème, ce qui indique la nécessité d’effectuer d’autres recherches.Le projet montre la faisabilité d’analyser les formulations des problèmes de santé du point de vue de santé

  • l’application des connaissances afin d’apporter des recommandations opportunes et pertinentes aux décideurs, mais aussi appropriées aux réalités et aux différents besoins. Identifier les meilleures preuves les pop au niveau des États renforcent leur capacité à identifier des solutions
  • appropriées et leur permettront d’interagir avec les autorités fédérales santé avec de meilleures bases de connaissances. L’une des plus grandes forces dans le développement du projet a été la collection de

littérature de divers types santé

  • et l’analyse de sa pertinence par rapport aux réalités de l’état. De cette manière, des références ont même été trouvées sur des pays dont le contexte semble différent du Mexique, mais adapté à des situations spécifiques d’États, selon la perspective des pop. Cela suggère que la
  • méthodologie peut être appliquée à différents pays en fonction de la connaissance de première main des communautés familières avec le problème choisi et les situations contextuelles particulares.La l & apos; enquête santé s & apos; est limitée à ne pas inclure les

représentants de la société civile, des autorités municipales et d & apos; autres secteurs de l & apos; administration, en raison des contraintes inhérentes à l & apos; organisation des pop. Les santé problèmes perçus, ainsi que leur reformulation, tendent à se concentrer sur les déterminants les plus accessibles du système de santé. Toutefois, le cas de Oaxaca montre que la participation des chercheurs au santé sein de la Cop permet d’élargir la perspective. Par la suite, il sera important de

rendre compte de ces santé points forts et d’autres points faibles du projet afin d’enrichir les futures expériences similaires.Cet effort de gestion des connaissances mené par la Conférence des parties de l’état souligne l’importance de compléter les connaissances tacites par des preuves scientifiques pour orienter la formulation des problèmes du système de santé vers des solutions efficaces adaptées à santé chaque contexte. Remerciements les auteurs apprécient la participation des pop

D’État à la recherche et

à la sélection des articles qui santé constituent les preuves scientifiques présentées. Le financement du Partenariat de L’OMS pour la recherche sur les politiques et les systèmes de santé est également apprécié.la connaissance est le claveDesde de nouveaux tests médicaux et dépistages à titre préventif à l’augmentation de la fréquence du contrôle, les choses changent pour les hommes et les femmes lorsqu’ils atteignent l’âge de 60 ans — quand la plupart des gens probablement santé

commencer à avoir des problèmes de santé qui, auparavant, n’étaient pas un sujet de préoccupation. Avec pratiquement tous les maux sur cette liste, la détection précoce peut signifier la différence entre une petite bosse liée à la santé ou une crise dans tout le sens du mot. Une fois que vous savez à quoi vous êtes confronté, vous pouvez en apprendre davantage sur les symptômes et les signes avant-coureurs et savoir à quoi vous attendre en cas de diagnostic.2 / 16peupleimages / istockphotomaladies cardiaques selon les Centers for Disease Control and Prevention, les maladies cardiaques sont la cause no. 1 de décès chez les Américains âgés, mais ce n’est pas une surprise. La maladie cardiaque

  • est la cause de décès no. 1 chez les Américains de tous âges, des deux sexes, et pratiquement tous les groupes raciaux et ethniques. Aux états-UNIS UU. les maladies cardiaques sont L’ennemi Public numéro 1 et, bien que tous les groupes démographiques soient
  • vulnérables, l’âge entraîne un plus grand risque. Au total, 1 décès sur 4 peut être attribué à une maladie cardiaque pour un total de 630 000 décès par an et une crise cardiaque toutes les 40 secondes aux États-Unis.3 / 16fatcamera / istockphotocancerselon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), le cancer est la deuxième cause de décès chez les

Américains âgés, derrière les

  • maladies cardiaques. SeniorCaring.org il rapporte que les cancers les plus susceptibles d’affecter les personnes de plus de 60 ans sont le cancer du poumon, le cancer du côlon, le cancer de l’estomac, le cancer du sein et le cancer de la prostate. Ils sont beaucoup
  • plus susceptibles de survivre à ces types de cancer s’ils sont détectés à temps, il est donc essentiel que toute personne âgée de plus de 60 connaît les signes et les symptômes.4 / 16tinpixels / istockmaladies respiratoires inférieures photochroniques les maladies

respiratoires inférieures chroniques, telles que l’emphysème et la bronchite chronique, sont la troisième cause de décès chez les Américains âgés. Plus de 10 millions D’Américains ont été diagnostiqués avec deux maladies combinées-communément appelées BPCO (maladie pulmonaire obstructive chronique) — qui peuvent souvent être difficiles à différencier. Il n’y a pas de remède contre la MPOC, qui dégrade la capacité des poumons à fournir de l’oxygène au corps. Le tabagisme et la pollution en sont les principales causes.5 / 16utah778 / istockphotoinfermedades

les santé pauvres, mais en même temps

manquent de ressources économiques suffisantes pour se fournir des services sociaux mercantilisés (Barba, 2007). santé Bien que, au cours des dernières décennies, L’Amérique latine ait amélioré les taux d’inégalité des revenus et qu’un nouveau programme de politique socio-économique soit mis en œuvre après des santé

ajustements structurels visant

à renforcer un socle de protection sociale plus large, des conditions de protection sociale précaires persistent pour une grande partie de la population, y compris un segment importantLa méthode d’analyse étudie les expériences concrètes dans le domaine de la santé humaine, en analysant comment elles résolvent, quelles mesures prendre et comment ils santé interprètent leurs besoins. Sur la base de ces expériences, les résultats sont interprétés en tenant compte du cadre structurel des opportunités offertes par le système de santé et le régime de protection santé

sociale présents dans chaque pays. Un regard complémentaire est proposé aux études quantitatives et épidémiologiques des déterminants sociaux. Les questions qui guident santé ce travail sont les suivantes: Comment les ménages à revenu intermédiaire gèrent-ils les exigences et les difficultés liées à la santé? Comment ces formes diffèrent entre les deux modèles de Systèmes de Santé? Comment évaluez-vous ces expériences par rapport à votre bien-être quotidien?

  • L’hypothèse qui guide ce travail, fondée sur le concept de démercantilisation par Esping-Andersen (2000), santé suggère que la capacité des ménages à gérer leurs risques pour la santé est moins liée à l’entrée des ménages dans les régimes et systèmes de santé organisés selon les principes de solidarité égale. En revanche, dans les modèles résiduels et segmentés, la capacité de gestion dépend davantage des revenus économiques des personnes.
  • L’interconnexion entre le régime et le système de santé constitue un domaine habilitant / restrictif qui affecte cette capacité, médiatisée en partie par les caractéristiques des ménages. La méthode santé de recherche est basée sur une étude comparative-qualitative.Régimes de protection sociale, inégalités et systèmes de santé: Chili et Costa RicaEl le régime de santé protection sociale est un type particulier de joint qui

se produit entre santé les

sphères de l’État, du marché, de la communauté et de la famille pour produire et distribuer des ressources à la gestion des risques sociaux (Esping-Andersen, 2000), représentant différents santé idéaux de solidarité dans la fonction de formes spécifiques de financement, d’allocation, de principes et de valeurs qui guident santé

les politiques publiques (Del Valle, 2010). Chaque régime de protection sociale a des effets différents sur la structure de la stratification sociale, en répartissant les ressources selon des critères de classe, de sexe et d’ethnicité, entre autres (Adelantado, Noguera et Rambla, 2000).Le bien-être quotidien, en tant qu’accès à certains biens et services qui nous permettent une vie perçue comme adéquate, dépend principalement, santé dans une société capitaliste moderne, de la

  • participation des personnes au marché du travail qui fournit un revenu économique. Cependant, il existe également d’autres mécanismes de redistribution des ressources visant à protéger la population. Le régime de protection sociale joue un rôle central en permettant aux personnes d’avoir des degrés divers d’indépendance
  • dans leur capacité à faire face aux risques sociaux, quelle que soit leur position sur le marché du travail (Esping-Andersen, 2000).En ce qui concerne santé la santé, Coburn (2004) soutient que le régime d’aide sociale joue un rôle de médiation dans la distribution primaire des ressources

mises au point par le marché

Autrement dit, de meilleurs résultats en matière de santé seraient présents dans les pays où la répartition des santé revenus est meilleure, ce qui s’explique en partie par le type de régime de protection sociale en place. Mais cette fonction de médiation en santé serait plus étroitement associée au système de santé lui-même, car, en termes de principes et de mécanismes de distribution, le régime de bien-être n’est pas toujours équivalent au système de santé. Comme le soutient Kasza (2002), il est santé possible de trouver des contradictions et des

incohérences entre un régime de protection sociale particulier et le système de santé en tant que tel. Plusieurs études le confirment, montrant des incohérences lors de la comparaison de différents types de régimes de bien-être et de leurs résultats en matière de santé santé (Eikemo, Bambra, Joyce et al., 2008; Eikemo, Bambra, Juge et coll., 2008). D’où la nécessité de concentrer l’analyse plutôt sur les particularités des systèmes de santé, plutôt que sur la généralité du régime de

  • protection sociale pour connaître ses résultats en matière de santé (Bambra, 2005; 2007). dans le cas de l’Amérique latine, nous trouvons une variété de modèles de santé. Londoño et Frenk (1997) ont élaboré une typologie tenant compte d’un critère d’intégration de la population et des fonctions institutionnelles. Sur la base de ces critères,
  • le Costa Rica représente un modèle public unifié, avec un accès universel au système de santé publique et au financement et une prestation quasi monopolistique des soins par l’état, complétée par des prestations privées plus modestes, qui sont utilisées par les couches sociales à revenu élevé. Le Chili, bien qu’il offre également une couverture universelle,

présente un modèle segmenté

  • dans lequel la population a accès à différents types d’assurance et offre en fonction de sa capacité de paiement: assurance privée, assurance publique de libre choix et assurance publique de modalité institutionnelle. Mesa-Lago (2005) caractérise le modèle costaricien comme étant unifié, avec un financement, principalement public, une participation limitée du secteur privé et une couverture presque universelle.
  • Le chili est classé comme un double coordonné, combinant les secteurs public et privé en termes de financement et de fourniture, et une couverture presque universelle. Bien que ces modèles soient en transition vers des systèmes pluralistes, ils persistent encore à peu près dans le caractère unifié de l’un et segmenté de l’autre (Cotlear et al., 2015).Système de santé à

ChileChile, il existe un système de santé qui, en ce qui concerne l’assurance, est organisé sous deux formes obligatoires: l’une publique et l’autre privée, les individus devant opter pour l’une des deux. L’offre de services de soins de santé comprend également un réseau public de soins et un large éventail de services privés dont le coût (copaiement) pour les utilisateurs varie en fonction du type d’assurance disponible et du type de service consulté. L’assurance publique Fonasa (Caisse Nationale de santé) est responsable de la collecte, de la gestion et de la distribution des ressources pour les soins de santé de ses utilisateurs. Il existe deux modalités: le service de santé publique (modalité institutionnelle)

Les santé blessures résultant

d’accidents de la santé circulation sont la sixième cause spécifique de la charge de morbidité chez les deux sexes et la quatrième cause chez les hommes, responsables dans ce santé dernier cas de 4,6% des années de vie perdues par an.

La mortalité par traumatisme

et empoisonnement affecte santé principalement les adultes à partir de l’âge de 20 ans. Les blessures auto-infligées causent 11,7 décès pour 100 000 habitants, ce qui est plus élevé santé chez les hommes (19,6 décès pour 100 000 habitants). (23) Les Accidents et la violence Les Accidents sont la troisième cause de décès. En 2010, santé ils ont causé 49,1 décès pour 100 000 habitants, 3,1 fois plus chez les santé

hommes que chez les femmes. mujeres.La la mortalité immédiate (dans les 24 premières heures suivant un accident) a connu une baisse soutenue au cours des dernières décennies, santé passant de 11,9 pour 10 000 véhicules en 1993 à 4,8 pour 10 000 véhicules en 2009. Les régions où les taux sont les plus bas et les plus élevés sont respectivement santé Valparaíso et Aisén. Les blessures résultant d’accidents de la circulation sont la sixième cause spécifique de la charge de

  • morbidité chez les deux sexes et la quatrième cause chez les hommes, responsables dans ce dernier cas de 4,6% des années de vie perdues par an. La mortalité par traumatisme et empoisonnement affecte principalement les adultes à partir de l’âge de 20 ans. Les blessures
  • auto-infligées causent 11,7 décès pour 100 000 habitants, ce qui est plus élevé chez santé les hommes (19,6 décès pour 100 000 habitants). (23) Troubles mentaux Les informations concernant la prévalence des troubles mentaux au chili sont limitées, en raison de la rareté des études santé

démographiques et de santé leur

comparabilité limitée (55). D & apos; après l & apos; Enquête nationale sur la santé de 2010, la prévalence des santé symptômes dépressifs au cours de l & apos; année écoulée est de 17,2%, étant plus élevée chez les femmes (25,7%) et chez les personnes âgées de 25 à 44 ans (30,1%); en outre, les couches socioéconomiques inférieures ont une santé prévalence plus élevée (20,8%) (figure 4.6). L’auto-déclaration du diagnostic médical de la dépression montre que 21,7% l’ont déjà eu au cours de leur vie, les femmes étant les plus touchées 33,1%. Les troubles cognitifs santé chez les personnes âgées ont une prévalence de 10,4% ceux-ci

ont des scores inférieurs à 13 santé points sur L’échelle cognitive MMSE. La prévalence augmente avec l’âge, chez 20,9% des adultes de plus de 80 ans, est 3,5 fois plus élevée chez les personnes âgées des zones rurales. (52) Troubles mentaux Les informations concernant la prévalence des troubles mentaux au chili sont limitées, en raison de la rareté des études démographiques et de leur comparabilité limitée (55). D & apos; après l & apos; Enquête nationale sur la santé de 2010, la prévalence des symptômes dépressifs au cours de l & apos; année écoulée est de 17,2%, étant plus élevée chez les femmes (25,7%) et chez les personnes âgées de 25 à 44 ans (30,1%); en outre, les couches

  • socioéconomiques inférieures ont une prévalence plus élevée (20,8%) (figure 4.6). L’auto-déclaration du diagnostic médical de la dépression montre que 21,7% l’ont déjà eu au cours de leur vie, les femmes étant les plus touchées 33,1%. Les troubles cognitifs chez les personnes
  • âgées ont une prévalence de 10,4% ceux-ci ont des scores inférieurs à 13 points sur L’échelle cognitive MMSE. La prévalence augmente avec l’âge, chez 20,9% des adultes de plus de 80 ans, est 3,5 fois plus élevée chez les personnes âgées des zones rurales. La santé buccodentaire Dans la pathologie buccale la plus répandue, les caries, les

maladies gingivales et parodontales

A young woman cooking from a recipe bookhttp://195.154.178.81/DATA/shoots/ic_783564.jpg

et les anomalies dentaires-maxillaires se distinguent. La carie a une prévalence de 16,8% chez les enfants âgés de 2 ans et de 99,4% chez les enfants de plus de 65 ans, la maladie des gencives a une prévalence de 66,9% et les anomalies des dents de la mâchoire de 53% chez les enfants âgés de 12 ans. chez les adultes âgés de 65 à 74 ans, la prévalence des maladies parodontales est de 69,4% pour CAL > 6 mm (perte d’attachement clinique) et de 97,6% pour CAL >3 mm. 27,8% de la population a des dents complètes, avec une fréquence

légèrement plus élevée chez les hommes que chez les femmes. La dentition complète de la mâchoire inférieure est plus fréquente que celle de la mâchoire supérieure, qui est maintenue dans les analyses de sous-groupes d’âge. La prévalence des prothèses complètes diminue fortement avec l’âge, devenant une constatation rare chez les personnes de plus de 45 ans. De même que ce qui est observé selon le niveau socio-économique, il y a une tendance à augmenter la prévalence des personnes dentées totales à mesure que le niveau d’éducation

  • augmente. toutefois, cette tendance est beaucoup plus marquée que celle observée pour le niveau socio-économique, passant de 7,1% au faible niveau d’éducation de 44,5% dans le haut niveau d’éducation. Il y a une grande variation régionale en ce qui concerne la dentition complète, dans une fourchette allant de 40,4% à 13,0%. Les femmes et le groupe de plus de 65 ans ont une prévalence plus élevée de édenté personnes.
  • (52) La santé buccodentaire Dans la pathologie buccale la plus répandue, les caries, les maladies gingivales et parodontales et les anomalies dentaires-maxillaires se distinguent. La carie a une prévalence de 16,8% chez les enfants âgés de 2 ans et de 99,4% chez les enfants de plus de 65 ans, la maladie des gencives a une prévalence de 66,9% et les anomalies des dents de la mâchoire de 53% chez les enfants âgés de 12 ans. chez les adultes âgés de 65 à 74 ans, la prévalence des maladies parodontales est de 69,4% pour CAL > 6 mm (perte d’attachement clinique) et de 97,6% pour CAL >3 mm (56)

Parmi les autres complications, les infections respiratoires aiguës

En 2011, il y a eu 300 décès associés à la tuberculose, ce qui représente un taux de mortalité spécifique de 1,3 pour 100 000 habitants. (42) en 2011, le taux le plus élevé de tuberculose a été enregistré dans la région D’Arica et de Parinacota (37,1 cas pour 100 000 habitants) (figure 5.7).

Entre 2001 et 2010, l’incidence de la tuberculose est passée de 13,8 à 12,9 cas pour 100 000 habitants. Le programme national de lutte contre la tuberculose, mis en œuvre en 1973, a contribué à la réduction et au contrôle soutenus de la tuberculose, et depuis 2000, on considère que le pays est sur le seuil de la phase d’élimination de la tuberculose (taux d’incidence de moins de 20 cas pour 100 000 habitants).

Le programme national de lutte contre

En 1990, le taux d’incidence de la tuberculose était de 41,3 cas pour 100 000 habitants, est tombé à 17,9 en 2000 à 12,9 en 2010 et, selon l’Objectif du Millénaire pour le développement pertinent, se pose atteindre seulement 7,5 cas pour 100 000 habitants en 2015 (Tableau 5.9). Le programme national de lutte contre la tuberculose, mis en œuvre en 1973, a contribué à la réduction et au contrôle soutenus de la tuberculose, et depuis 2000, on considère que le pays est sur le seuil de la phase d’élimination de la tuberculose (taux d’incidence de moins de 20 cas pour 100 000 habitants).

  • Selon les paramètres internationaux, l’incidence annuelle de la tuberculose au Chili figure parmi les taux d’élimination seuils (incidence inférieure à 20 cas pour 100 000 hab.) et plus près de la phase avancée d’élimination (moins de 10 cas pour 100 000 habitants par an) (figure 5.8).
  • Depuis 1990, la proportion de cas de tuberculose détectés et guéris par un traitement court et directement supervisé est relativement stable, se situant autour de 81-82%. L’objectif 2015 des OMD est d’atteindre 95% d’ici à 2015. (3,9,35)

Le programme national de lutte contreEn 2011, il y a eu 300 décès associés à la tuberculose, ce qui représente un taux de mortalité spécifique de 1,3 pour 100 000 habitants. (42) en 2011, le taux le plus élevé de tuberculose a été enregistré dans la région D’Arica et de Parinacota (37,1 cas pour 100 000 habitants) (figure 5.7).

Entre 2001 et 2010, l’incidence de la tuberculose est passée de 13,8 à 12,9 cas pour 100 000 habitants. Le programme national de lutte contre la tuberculose, mis en œuvre en 1973, a contribué à la réduction et au contrôle soutenus de la tuberculose, et depuis 2000, on considère que le pays est sur le seuil de la phase d’élimination de la tuberculose (taux d’incidence de moins de 20 cas pour 100 000 habitants).

Selon les paramètres internationaux

En 1990, le taux d’incidence de la tuberculose était de 41,3 cas pour 100 000 habitants, est tombé à 17,9 en 2000 à 12,9 en 2010 et, selon l’Objectif du Millénaire pour le développement pertinent, se pose atteindre seulement 7,5 cas pour 100 000 habitants en 2015 (Tableau 5.9).

Le programme national de lutte contre la tuberculose, mis en œuvre en 1973, a contribué à la réduction et au contrôle soutenus de la tuberculose, et depuis 2000, on considère que le pays est sur le seuil de la phase d’élimination de la tuberculose (taux d’incidence de moins de 20 cas pour 100 000 habitants).  Selon les paramètres internationaux, l’incidence annuelle de la tuberculose au Chili figure parmi les taux d’élimination seuils (incidence inférieure à 20 cas pour 100 000 hab.) et plus près de la phase avancée d’élimination (moins de 10 cas pour 100 000 habitants par an) (figure 5.8).

Depuis 1990, la proportion de cas de tuberculose détectés et guéris par un traitement court et directement supervisé est relativement stable, se situant autour de 81-82%. L’objectif 2015 des OMD est d’atteindre 95% d’ici à 2015.

Les infections respiratoires aiguës ont une évolution saisonnière de prédominance hivernale claire, lorsqu’elles peuvent se transformer en un grave problème de santé publique, avec un impact sur la maladie, nécessitant des soins importants (qui peuvent même avoir tendance à être dépassés et à retarder d’autres soins) et des décès.

Son étiologie est principalement virale (comme le virus respiratoire syncytial, la grippe et le parainfluenza) ou bactérienne (comme les streptocoques ou les staphylocoques). Parmi les autres complications, les infections respiratoires aiguës provoquent le syndrome bronchique obstructif, en particulier chez les enfants.

La pneumonite et la pneumonie, qui sont plus graves chez les personnes âgées et chez les personnes ayant des problèmes de santé vulnérables, sont également importantes. En 2008, la mortalité due à cette cause était de 28,6 décès pour 100,00 de moins d’un an et de 201,6 décès pour 100 000 adultes âgés de 65 ans et plus.

Son étiologie est principalement virale

Les infections respiratoires aiguës ont une évolution saisonnière de prédominance hivernale claire, lorsqu’elles peuvent se transformer en un grave problème de santé publique, avec un impact sur la maladie, nécessitant des soins importants (qui peuvent même avoir tendance à être dépassés et à retarder d’autres soins) et des décès.

Son étiologie est principalement virale

Son étiologie est principalement virale (comme le virus respiratoire syncytial, la grippe et le parainfluenza) ou bactérienne (comme les streptocoques ou les staphylocoques). Parmi les autres complications, les infections respiratoires aiguës provoquent le syndrome bronchique obstructif, en particulier chez les enfants. La pneumonite et la pneumonie, qui sont plus graves chez les personnes âgées et chez les personnes ayant des problèmes de santé vulnérables, sont également importantes.

En 2008, la mortalité due à cette cause était de 28,6 décès pour 100,00 de moins d’un an et de 201,6 décès pour 100 000 adultes âgés de 65 ans et plus.

 Les maladies émergentes

Le choléra et la diarrhée.  Il est réapparu au Chili en avril 1991 (après 84 ans), avec 147 cas signalés jusqu’en 1994.  En décembre 1998, une épidémie a touché 23 personnes dans la ville de San Pedro de Atacama (Région II).  En juillet 2011, un cas importé de choléra a été confirmé en provenance de la République Dominicaine, depuis lors, aucun nouveau cas n’a été confirmé. En 2013, deux cas importés de choléra ont été signalés chez des voyageurs chiliens en provenance de Cuba.

L’Hantavirus.  Depuis les premiers cas sporadiques détectés en 1995, cette maladie a évolué vers une présentation endémique, avec des épidémies saisonnières (70% entre novembre et avril) et localisées dans certaines régions du pays.  En 2011, 60 cas confirmés de syndrome cardiopulmonaire à hantavirus (SCPH) ont été enregistrés, un chiffre plus élevé que prévu selon la médiane cumulative des cinq années précédentes (40 cas), le taux d’incidence cumulatif (2006-2011) était de 0,35.

La des objectifs ou des normes élevés santé

Leur façon de s’habiller et même leur style de comportement en dehors de la zone de l’école, parce qu’ils sont le modèle de comportement à imiter par les enfants et pas moins important, dans notre expérience actuelle, les aspects matériels qui influencent l’apparition de modifications dans les groupes scolaires sont résolus;

Toutes les difficultés constructives, du mobilier, sont sauvées; les zones de récréation des écoles sont prises en charge et le nombre d’élèves par groupe est ce qui est nécessaire pour un bon travail d’enseignement et de méthodologie. Maintenant, nous devons renforcer chez les jeunes enseignants qui ont obtenu leur diplôme des plans de formation, toutes les valeurs qu’un éducateur attend.

Principaux problèmes de santé dans les groupes

Ce sont de jeunes garçons; ils sont théoriquement formés; c’est à nous de soutenir les enseignants expérimentés des écoles, les parents d’écoliers et les éducateurs de santé communautaire dans la tâche difficile qu’ils ont entre leurs mains. Principaux problèmes de santé dans les groupes de travail.

Dans ces groupes, comme nous l’avons déjà dit, les individus se réunissent pour mener une activité commune, généralement avec un motif économique. Le bon fonctionnement du groupe en termes de bonne performance de production ou de qualité des services qu’il fournit dépend de différents facteurs.

La des objectifs ou des normes élevés

Par exemple; les conditions de bruit au-dessus de 85 db, les vibrations qui accompagnent le bruit et affectent la précision des travailleurs dans l’accomplissement des tâches, la ventilation d’échappement locale du travail, l’éclairage, qui influence la vitesse et l’efficacité du travailleur à discriminer les stimuli, sont quelques-uns des éléments qui affectent l’apparence de: Fatigue-instabilité intellectuelle et émotionnelle.

Principaux problèmes de santé dans les groupes

Augmentation du temps de réaction. Augmentation des erreurs et des actes dangereux. La distraction. Augmentation de l’inconfort subjectif et des symptômes psychosomatiques.Ces conditions apparaîtront plus ou moins dans des conditions de travail telles que celles décrites, en fonction des caractéristiques individuelles du travailleur qui peuvent agir comme des éléments modulateurs.

Nous nous référons ici à la capacité du travailleur à s’habituer par une exposition continue à des stimuli, des motivations, les goûts et les caractéristiques de votre système nerveux et la fonction du personnel de santé à cet égard est d’éliminer leur présence autant que possible ou de minimiser leur efectos. La des objectifs ou des normes élevés, difficiles à atteindre, génèrent une insatisfaction au travail et des expériences de handicap, un comportement dangereux et donc un comportement désordonné qui peut conduire à des accidentes.

Conclusions dans ce travail, nous exprimons

La la relation entre les patrons et les subordonnés est fondamentale. Un style autoritaire et axé sur les tâches provoque souvent des chocs de communication dans le groupe, avec son impact sur les résultats du travail, qui influencent également toutes les modifications qui peuvent survenir dans le processus de santé-maladie individuel. Conclusions dans ce travail, nous exprimons les problèmes les plus fréquents dans les principaux groupes de la community.

  • In dans le cas de la famille, nous nous référons principalement aux éléments qui sont identifiés comme des facteurs de risque pour la santé familiale, tandis que dans les groupes scolaires et de travail, nous abordons les principaux problèmes auxquels font face et affectent la santé du groupe.
  • Après avoir analysé tous ces chapitres nous sommes probablement d’accord pour reconnaître l’importance qu’il a pour un professionnel de la santé qui veut faire un travail de soins vraiment complet, détecter les facteurs possibles qui nuisent à la santé des individus, que ce soit dans leur famille ou dans l’un de leurs groupes (éducatifs ou professionnels), afin d’agir pour la promotion de leur santé ou la prévention d’éventuelles complications.

Page 1 de 5EN ce qui concerne la santé physique et mentale des personnes atteintes du syndrome de Down, nous devons adopter une position de base réaliste et raisonnable: pour la plupart, elles sont en bonne santé au point que leur espérance de vie a été d’environ 60 ans en moyenne. En même temps, nous devons considérer que la trisomie 21 provoque des problèmes de santé parfois légers, facilement prévisibles et corrigeables, et parfois graves.

Nous devons adopter une position

Nous devons adopter une positionLa gravité ne signifie pas que les altérations ne peuvent pas être traitées: une maladie cardiaque grave ou une atrésie duodénale peuvent être entièrement corrigées par la chirurgie; la leucémie peut être guérie par chemotherapy.

In une vue globale et longitudinale, la personne atteinte du syndrome de Down a les caractéristiques suivantes; Un ensemble de caractéristiques et de signes détectables chez le nouveau-né qui ont été indiqués ci-dessus.

  1. Lenteur et réduction de la croissance du corps, y compris la croissance céphalique. Par conséquent, la taille atteinte est plus petite et présente généralement une microcéphalie.
  2. Développement moteur et cognitif lent. La variabilité individuelle est énorme. La lenteur ne signifie pas qu’elle ne progresse pas, de sorte que même si le QI diminue avec l’âge, la capacité cognitive et les compétences progressent afin que la plupart des gens puissent expérimenter avec satisfaction leurs capacités cognitives et adaptatives dans l’environnement ordinaire.
  3. Des problèmes d’immunité. Ceci explique la fréquence à laquelle les infections récurrentes se produisent (par exemple, rhinite chronique, otite séreuse moyenne, pneumonie, parodontite). À d’autres moments, des affections auto-immunes (p. ex., dysfonction thyroïdienne, maladie coeliaque) ou des maladies malignes (p. ex., leucémie infantile, qui, bien que rare en termes absolus, est inférieure à 1%, est plus fréquente que dans le reste de la population) peuvent survenir.
  4. D’autres troubles. Nous soulignons la grande variabilité avec laquelle divers troubles organiques et fonctionnels peuvent survenir. Les principaux sont présentés dans le Tableau 1.
  5. Lenteur et réduction de la croissance du corps, y compris la croissance céphalique. Par conséquent, la taille atteinte est plus petite et présente généralement une microcéphalie.
  6. Développement moteur et cognitif lent. La variabilité individuelle est énorme. La lenteur ne signifie pas qu’elle ne progresse pas, de sorte que même si le QI diminue avec l’âge, la capacité cognitive et les compétences progressent afin que la plupart des gens puissent expérimenter avec satisfaction leurs capacités cognitives et adaptatives dans l’environnement ordinaire.
  7. Des problèmes d’immunité. Ceci explique la fréquence à laquelle les infections récurrentes se produisent (par exemple, rhinite chronique, otite séreuse moyenne, pneumonie, parodontite). À d’autres moments, des affections auto-immunes (p. ex., dysfonction thyroïdienne, maladie coeliaque) ou des maladies malignes (p. ex., leucémie infantile, qui, bien que rare en termes absolus, est inférieure à 1%, est plus fréquente que dans le reste de la population) peuvent survenir.
  8. D’autres troubles. Nous soulignons la grande variabilité avec laquelle divers troubles organiques et fonctionnels peuvent survenir. Les principaux sont présentés dans le Tableau 1.Tableau 1. Principales caractéristiques cliniques chez le nouveau-né, et les principaux problèmes médicaux chez les personnes atteintes du syndrome de Down

Quelles ressources le système de santé?

L’isolement Social, même volontaire, la situation de grande vulnérabilité sociale, l’ignorance de leurs droits et / ou l’inaccessibilité au système sous toutes ses formes, sont les facteurs les plus importants dans la complexité des maladies chroniques.

Modalités d’intervention aujourd’hui, nous passons le XXIe siècle, et déjà au sixième siècle avant JC, le peuple grec a parlé de teckhne iatrike, qui se traduit par un art de guérison qui synthétise certaines caractéristiques particulières de ce peuple: curiosité et acuité devant le spectacle du monde, goût pour l’expression verbale de ce qui est observé, une attitude lâche et libre, sans entraves devant les dieux de ce moment.

C’est que depuis des temps si lointains

C’est que depuis des temps si lointains, le peuple grec a proposé d’observer de manière critique, de donner de la valeur à la parole entendue et parlée et de questionner le prédéterminé avec la liberté d’action et d’expression comme axes de l’art de guérir. 4 peut – être les Grecs pensaient-ils déjà que certains modèles d’approche différents étaient nécessaires pour des situations de maladie plus complexes.

  • L’équipe de santé communautaire la composition variée des équipes de santé du premier niveau de soins, avec des professionnels et des non-professionnels, avec des disciplines et des connaissances différentes, constitue un outil magnifique pour faire face à la complexité des maladies chroniques.
  • L’interdisciplinarité et les intersections combinées à une modalité de travail qui favorise la réunion périodique de l’équipe faciliteront les conditions pour que chacun réfléchisse, s’accorde et mène à bien les actions proposées.

La réunion régulière de l’équipe de santé communautaire se distingue encore une fois comme un outil précieux pour analyser parmi les membres de différentes connaissances et disciplines, qui peuvent apporter des opinions sur un problème particulier, des opinions diverses et respectées qui peuvent permettre de parvenir à un consensus, même si les critères et les fondements sont différents.5 de Plus, La Réunion d’équipe est un espace de discorde où chacun de ses membres découvre que leurs connaissances sont insuffisantes pour faire face à la complexité.

C'est que depuis des temps si lointains

Comment est l’activité de santé communautaire

C’est un moment de grande croissance de l’équipe de santé, dans lequel les limites elles-mêmes sont reconnues et qui contribueront à leur reconnaissance lorsqu’elles sont soulevées par chaque patient atteint d’une maladie chronique. Pour l’équipe de santé, arriver à un diagnostic d’un problème avec les caractéristiques de la chronicité implique de penser à une approche particulière, au renforcement des réseaux sociaux et familiaux et à la promotion d’actions plus collectives qu’individuelles.

Certains des problèmes de santé de l’activité complexe, le document de L’OPS précédemment cité, indique que “les preuves indiquent que lorsque les patients souffrant de maladies chroniques reçoivent un traitement efficace dans un système intégré, avec un soutien pour l’autogestion et un suivi régulier, réduira les décès prématurés et l’invalidité, et améliore la qualité de vie (…) “En fonction de cette affirmation, nous proposons de penser dans les questions suivantes se référant à votre équipe et la communauté: à.

Comment ont-ils réussi à mettre en œuvre des traitements pour les personnes du quartier / de la communauté qui souffrent d’une maladie chronique?

Quelles ressources le système de santé local offre – t-il pour traiter le problème des patients atteints de maladies chroniques (règlements, intersectoralité, règlements récréatifs, de confinement et/ou spécifiques en vigueur, espaces de réadaptation, services adéquats, réseaux sociaux actifs, autres)?Comment est l’activité externe de l’équipe de santé communautaire? Partagez les réflexions avec les coéquipiers de santé et leur tuteur et proposez d’ajouter les réflexions qu’ils font tous.

L’importance des réseaux sociaux comme nous l’avons proposé dans un module précédent, il est essentiel d’évaluer l’importance de construire des liens avec toutes les institutions et organisations de la communauté, dans le but de rechercher et de stratégies communes consensuelles, comme 5. Module travail d’équipe, réseautage et participation. Cours de santé sociale et communautaire, PMC, Ministère de la santé de la nation, 2011. 70 COURS EN SANTÉ SOCIALE ET COMMUNAUTAIRE 6. Module travail d’équipe réseaux et participation.

Souvent, ces mécanismes de travail collectif

Cours de santé sociale et communautaire, PMC, Ministère de la santé de la nation, 2011. surmonter et améliorer les réponses isolées et permettre à partir de là, promouvoir une véritable citoyenneté valorisant le rôle de l’état dans les soins de santé de la population.6 chaque communauté et chaque quartier ont une façon particulière de communiquer et de s’associer pour répondre aux besoins ressentis par les gens. Souvent, ces mécanismes de travail collectif sont vraiment efficaces même s’ils n’impliquent pas le système de santé publique, ont un long développement ou ne font que commencer.

Souvent, ces mécanismes de travail collectifEn outre, parmi les réseaux qui surgissent spontanément dans chaque communauté, il y a un grand nombre d’organisations de la société civile qui ont été regroupées par problèmes de santé, qui fournissent des informations et qui ajoutent constamment différentes formes de soutien aux patients, comme les médicaments, les soins médicaux ou psychologiques. Ils forment des réseaux de personnes et de services qui sont généralement très utiles.

Ce sont essentiellement des associations qui défendent les droits des patients. Par voie de fermeture … dans cette unité, nous avons pu réfléchir à la complexité des problèmes de santé chroniques et à la nécessité d’une approche globale, qui empêche autrement l’accompagnement des personnes atteintes de tels problèmes. Bien que nous visions toujours à maintenir une vision globale des problèmes et de leur approche, les maladies chroniques nécessitent une intervention particulière, toujours en équipe, en comptant sur la famille et la communauté.

En tant qu’équipe de santé communautaire, nous devons très bien savoir sur quels réseaux de services nous pouvons compter localement et renforcer les réseaux existants, avec la conviction que les réponses collectives seront toujours plus efficaces parce qu’elles peuvent couvrir plus d’aspects de la réalité et offrir plus de possibilités de réponse pour chaque situation particulière. Mesures préventives personnelles telles que l’utilisation de moustiquaires. Bonnes pratiques d’hygiène dans la préparation, le transport, le stockage et la consommation des aliments.

Puisque nous sommes tous exposés

Puisque nous sommes tous exposés à diverses maladies, dont beaucoup, malheureusement, peuvent se développer pendant des années, insidieusement et tranquillement, sans montrer aucun symptôme (la période dite latente de la maladie), il vaut la peine que chacun de nous en soit conscient des facteurs les plus importants renforçant à l’avance la santé humaine.

Ainsi que les plus grandes menaces (facteurs de risque). De nombreuses personnes pensent que leur santé et leur maladie sont prédéterminées par des gènes hérités de leurs ancêtres (prédisposition génétique).

Cependant, ce n’est pas entièrement vrai

Cependant, ce n’est pas entièrement vrai. Les experts estiment à l’unanimité que l’influence des gènes sur la santé humaine est en moyenne de l’ordre de 15 à 20%. Les facteurs environnementaux (externes) sont beaucoup plus importants que les gènes, qui sont responsables de notre santé dans un total de 80 à 85%.

Parmi les facteurs environnementaux, le plus important est le mode de vie, dont l’impact sur la santé est estimé à 50-60%. Les autres déterminants externes de la santé sont: l’environnement physique et social (impact au niveau de 20%) et les soins de santé (10-15%). Il s’avère donc que les cartes les plus importantes du jeu pour notre santé sont entre nos mains! Alors jouons avec eux – activement, sagement et de manière responsable en nous rappelant que l’enjeu du jeu n’est pas seulement l’absence de maladie, de douleur et de souffrance, mais surtout la qualité de notre vie et notre réussite dans la vie.

Cependant, ce n'est pas entièrement vrai

Prenons la santé en main

Étant donné que chacun de nous, grâce à son mode de vie, peut améliorer la santé générale et minimiser le risque de développer de nombreuses maladies, il vaut la peine d’examiner de plus près les maladies les plus courantes et les plus dangereuses et leurs options de prévention.

  • Que disent les statistiques? Le fait est que pendant de nombreuses années, la plus grande menace pour la santé et la vie en Pologne a été les maladies cardiovasculaires, responsables d’un total de près de 50 pour cent. tous les décès en Pologne.
  • Les plus importants d’entre eux sont: l’athérosclérose, les cardiopathies ischémiques, y compris l’infarctus du myocarde, les maladies cérébrovasculaires, y compris les accidents vasculaires cérébraux, et l’hypertension artérielle.

La bonne nouvelle est que la plupart de ces maladies peuvent être évitées efficacement car les facteurs de risque les plus importants pour leur apparition sont: un mode de vie malsain (riche en calories, alimentation déséquilibrée, riche en graisses saturées, en sucre et en sel, tabagisme, consommation excessive d’alcool, faible activité physique);

Ainsi que des mécanismes physiologiques liés à un mode de vie malsain, des troubles métaboliques et des maladies (dont principalement une augmentation des taux de cholestérol LDL et de triglycérides dans le sang, une augmentation de la pression artérielle, une faible concentration de cholestérol HDL, l’obésité, le diabète).

Un mode de vie malsain

La deuxième cause de décès en Pologne sont les néoplasmes malins (ils sont responsables de près de 25% de tous les décès). Les plus courants et les plus meurtriers sont: le cancer du poumon, le cancer colorectal ou le cancer du sein.

De plus, dans leur cas, la plupart des maladies peuvent être évitées, car les facteurs de risque les plus importants incluent des facteurs environnementaux qui dépendent de nous, tels que: le tabagisme, une mauvaise alimentation (régime riche en graisses, faible en fibres et en légumes), l’abus ou le manque d’alcool. d’activité physique.

Un mode de vie malsain 

En conclusion, même si notre famille a eu des cas de maladies cardiovasculaires ou de cancer, cela ne veut pas dire que nous y sommes également condamnés. Le fait qu’une prédisposition génétique donnée se révèle et se développe dépend dans une large mesure de facteurs environnementaux affectant nos gènes, principalement un mode de vie inapproprié.

Ce dernier, cependant, consiste principalement en: notre alimentation, l’activité physique, les façons de passer du temps libre, la gestion du stress ou l’attitude envers les stimulants, sur lesquels nous avons nous-mêmes la plus grande influence à travers nos choix, attitudes et comportements quotidiens. Ne blâmons pas toutes nos maladies sur nos gènes et nos soins médicaux insuffisants, mais prenons la santé en main et changeons nos mauvaises habitudes! Jusqu’à ce qu’il ne soit pas encore trop tard.

Mieux vaut prévenir que guérir

Les gens qui essaient de changer leur mode de vie pour un mode de vie plus sain peuvent compter sur de plus en plus de soutien de l’extérieur. Déjà dans les années 1970, l’Organisation mondiale de la santé recommandait à tous les États Membres d’entreprendre des actions systémiques à grande échelle dans le domaine de la promotion de la santé et de l’éducation sanitaire afin d’inverser les tendances épidémiologiques défavorables et de sensibiliser aux possibilités de prévention des maladies chroniques non transmissibles. pour autant de personnes que possible.

En conséquence, dans divers pays du monde, y compris la Pologne, on observe depuis de nombreuses années un intérêt croissant pour le domaine de la santé publique, tant de la part des autorités étatiques que des organisations non gouvernementales, ce qui entraîne une augmentation nombre de divers types de programmes et d’initiatives en faveur de la santé, ainsi qu’une mode généralisée pour un mode de vie sain.

Dans ce contexte, il convient de mentionner la loi sur la santé publique adoptée le 11 septembre 2015 (Journal des lois de 2015, point 1916), dont l’objectif stratégique est d’améliorer la santé de l’ensemble de la société polonaise – à travers un certain nombre d’activités en le domaine de la promotion de la santé et de l’éducation sanitaire.

Dans ce contexte, il convient de mentionner

C’est grâce à cette loi et au programme national de santé qui y est lié que le Centre national d’éducation nutritionnelle peut développer et servir les Polonais.

Santé – idées d’activités! Est un lieu extraordinaire – un espace où nous promouvons l’idée de construire le bonheur par l’activité et en prenant soin de la santé, et nous traitons de la relation entre les enfants adultes et leurs parents. Vous trouverez ici des conseils, des astuces, des avis d’experts, des idées et des inspirations qui vous aideront à améliorer le confort et la qualité de vie, ainsi qu’un forum ouvert à la discussion.

A-santé. Nous invitons les personnes pour qui l’activité, un mode de vie sain et une utilisation judicieuse du temps libre sont importants,

mais aussi établir de bonnes relations, honnêtes et saines avec les parents. Nous accueillons particulièrement les seniors qui trouveront ici des conseils pratiques sur la vie quotidienne, le maintien de leur santé au mieux et cultivant de bonnes relations avec leurs enfants adultes.

Pour ceux qui aiment prendre une bière au carnaval

Il est donc important de suivre quelques conseils pour prendre soin de vous sans perdre vos journées de réjouissances. “Pendant les festivités , il ne faut pas oublier de boire des liquides. Il est essentiel que le corps supporte de jouer au soleil. Par conséquent, buvez beaucoup d’eau pour remplacer les minéraux perdus dans les festivités”, indique Gabriel Pacheco, nutritionniste chez Rede Alpha Fitness.

Le nutritionniste a séparé d’autres astuces pour prendre soin de son corps sans perdre les jours de fête. Pour ceux qui aiment prendre une bière au carnaval, il est indispensable de mélanger la consommation avec de l’eau. La boisson alcoolisée déshydrate le corps.

Soyez prudent lorsque vous consommez

Les fruits contiennent des vitamines et des minéraux qui contribuent à diverses fonctions du corps, parmi lesquelles le processus de désintoxication. Les aliments comme le chou frisé, le brocoli, la roquette et le cresson aident le foie.

Par conséquent, ils sont excellents dans la lutte contre la gueule de bois. Éviter de longues périodes de jeûne est important! L’idéal est d’avoir trois repas principaux (petit-déjeuner, déjeuner et dîner) et de petites collations entre les deux. «Mangez des aliments qui vous fournissent de l’énergie. Vous garderez donc le piqué total au carnaval!

  • Misez sur les céréales, le riz et les pâtes, mais privilégiez la version complète de ces aliments », commente Gabriel. Il est important de faire attention aux conditions d’hygiène des lieux de la rue.
  • Les aliments doivent être conservés correctement et les manipulateurs doivent être propres, uniformes et avec des mains propres. Soyez prudent lorsque vous consommez des fruits de mer et des aliments vendus sur la plage.
  • En raison de la chaleur, ces aliments se gâtent facilement et ne sont pas toujours conservés à la bonne température.

L’expert met également en garde contre les aliments très gras et les aliments frits, car ils sont plus difficiles à digérer. Préférez les préparations rôties, grillées ou cuites . « Il n’est pas bon de manger quelque chose de très lourd, comme le sarapatel ou la feijoada. Lorsque vous mangez dans la rue, observez la conservation des aliments pour ne pas risquer d’être infecté », conclut le spécialiste, de l’équipe nutrition de l’Alpha Fitness Network.

Soyez prudent lorsque vous consommez

Lorsque vous mangez dans la rue

Tout ce que nous devons savoir sur la santé et un mode de vie sain. L’auteur de l’article: Szczepaniak, MA. Tout ce que nous devons savoir sur la santé et un mode de vie sain. “Noble santé, personne ne saura ce que vous goûtez jusqu’à ce que vous deveniez mauvais” ─ a fait l’éloge de Jan Kochanowski il y a quelques siècles.

Il semble que les Polonais contemporains apprécient également la valeur de la santé, en la souhaitant à chaque occasion: pendant les vacances, le jour de l’An, les anniversaires, les jours de fête, ou en se saluant par lettres, e-mails et SMS.

On parle également de plus en plus d’une alimentation saine non seulement grâce aux médecins et aux nutritionnistes, mais aussi aux stars du sport socialement impliquées et aux chefs célèbres. On peut même dire qu’un mode de vie sain est devenu à la mode aujourd’hui. Cependant, savons-nous avec certitude ce qu’est la santé et de quoi elle dépend?

Pour de nombreuses personnes, la santé est encore comprise et traitée de manière très étroite – uniquement comme l’absence de maladie, c’est-à-dire un état pathologique du corps se manifestant par un malaise ou un dysfonctionnement d’un organe ou d’un système.

Pendant ce temps, les experts dans le domaine de la médecine et de la sociologie soulignent depuis longtemps que la santé est un concept beaucoup plus large et beaucoup plus complexe. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) déjà en 1948 dans sa constitution définissait la santé comme un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas seulement l’absence de maladie ou d’affection.

Cette courte définition officielle

Cette courte définition officielle, valable aujourd’hui, favorise une approche positive et holistique de la santé. Il attire l’attention sur le fait que la santé n’est pas seulement l’absence de maladie, mais surtout un bon état général de l’être humain, qui lui confère de nombreux bienfaits mesurables et lui permet de profiter pleinement des bienfaits de la vie.

Cette courte définition officielleBien sûr, il existe de nombreuses autres définitions de la santé. Dans la plupart d’entre eux, cependant, des manifestations et des valeurs positives similaires apparaissent, telles que: la capacité à fonctionner normalement et à s’adapter dans un environnement changeant, le bien-être optimal, la vitalité et l’énergie, la forme physique, la force, la résistance, le potentiel psychophysique permettant développement actif, état d’équilibre et d’harmonie.

Par conséquent, ces définitions indiquent de nombreuses raisons pour lesquelles il vaut la peine de prendre soin de la santé, confirmant qu’il s’agit d’une valeur fondamentale et stratégique dans la vie de chaque être humain, donnant la possibilité de développer pleinement l’activité à tous les niveaux de la vie, et ainsi succès et épanouissement.

Idéaux contre réalité

Malheureusement, l’état de santé de la plupart des personnes vivant dans le monde moderne laisse beaucoup à désirer. On estime que seulement 5 à 10 pour cent. de la population adulte mondiale sont des personnes en parfaite santé! Dès 1978, l’Assemblée mondiale de la santé (WHA) a reconnu que la santé de la population humaine était non seulement mauvaise mais qu’elle se détériorait également.

Pour le savoir, il suffit de regarder les statistiques montrant la propagation rapide des maladies chroniques non transmissibles (maladies dites de civilisation) dans le monde, telles que l’obésité, le diabète, l’athérosclérose, les caries, la dépression et les néoplasmes malins. Par exemple, la prévalence de l’obésité dans le monde a presque triplé au cours des 40 dernières années! Et ça ne s’arrête pas là.

Les experts préviennent que l’épidémie mondiale d’obésité ne cesse de croître rapidement. Ce n’est pas différent en Pologne, où près de 60% sont aux prises avec un excès de poids (surpoids ou obésité). tous les adultes. Pendant ce temps, l’obésité, négligée par de nombreuses personnes et traitée uniquement comme un défaut esthétique , est en fait une maladie métabolique dangereuse et un facteur de risque pour de nombreuses autres maladies (notamment le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, les tumeurs malignes et les calculs biliaires).